Les enjeux territoriaux de la Côte d'Azur

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil / Les enjeux territoriaux de la Côte d'Azur / 5 : Les feux de forêts, aggravés par les problématiques touristiques / Un risque aggravé par une conjonction de facteurs à la fois sur l’aléa et sur la vulnérabilité

Un risque aggravé par une conjonction de facteurs à la fois sur l’aléa et sur la vulnérabilité

5. Un risque aggravé par une conjonction de facteurs à la fois sur l’aléa et sur la vulnérabilité

 

Le potentiel incendiaire et la vulnérabilité forment ensemble le risque maximal sur ces espaces, et à cette période de l’année.

L’aléa se trouve aggravé par la fréquentation des espaces forestiers et notamment : le passage des véhicules en bordure de route, des touristes qui pratiquent la randonnée et qui parfois transgressent les règles en allumant un feu, les deux-roues à moteur.

La vulnérabilité quant à elle est fortement augmentée par la sur-fréquentation des campings et par une occupation du sol très parcellaire dans ces espaces de transition entre front urbain et espace naturel. Cette interface entre deux types d’usage du sol se révèle hyper-sensible au risque feu de forêt. En effet, les espaces combustibles forment une véritable enveloppe autour des lieux de fréquentation humaine. C’est pourquoi les opérations de communication autour du débroussaillement se multiplient. Il s’agit, par ce biais, de limiter l’intensité et la propagation des flammes en créant des ruptures dans l’espace combustible. La présence intermittente des estivants dans leur résidence secondaire rend difficile ces opérations de débroussaillement, et donc une prévention efficace contre les incendies de forêt.

Par ailleurs, au sein de ces espaces interstitiels, aux marges du front urbain, les voies de communication et d’accès à ces lieux sont peu nombreuses. Les sapeurs-pompiers ont parfois bien du mal à pénétrer au cœur des incendies et à mettre en place les secours à personne. Ils doivent tour à tour secourir sur place, évacuer les personnes confinées et sauver les biens. Protéger les espaces boisés constitue malheureusement la dernière option retenue.

 

L’effet « domino » des feux de forêt :

 

Les feux de forêt engendrent à leur tour des dommages divers. Ces liens entre plusieurs risques s’appellent « effet domino ». En voici quelques exemples, directement dus au feu lui-même, ou aux solutions mises en œuvre pour l’éteindre :

-          les voies de communication sont fermées à la circulation, ce qui rend extrêmement difficiles les manœuvres d’évacuations des populations ;

-          des coupures d’électricité ou de gaz peuvent être engendrées par le feu ou par le distributeur d’énergie en vertu du principe de précaution ;

-          des pénuries d’eau peuvent apparaître.