Cours-conférences filmés d'ethnomusicologie

Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Ménétriers d'Ancien Régime et topographie urbaine

Complément

Les ménétriers des grandes villes de la France d’Ancien Régime étaient pour la plupart des professionnels et regroupés en corporations. Ce type d’organisation socioprofessionnelle, le seul en vigueur au Moyen Âge et sous l’Ancien Régime, trouvait un prolongement dans la topographie urbaine, puisque les ménétriers possédaient parfois des rues professionnelles, les rues de Ménétriers ou les rues aux Jongleurs.

Dans ces rues de ménétriers, on trouvait les domiciles de certains ménétriers mais surtout une sorte de Maison des Ménétriers, véritable lieu d’échange entre les musiciens et le public, endroit où l’on discute affaires et éventuellement où l’on passe contrat, comme une agence artistique.

« Se il vous fault ménestreus ou aprentis alés en la rue aus jongleurs, vous en trouverés de bons » ; ou encore : « Se aucun vient en la rue aus jongleurs, pour louer aucuns jongleurs ou jongleresses…» (statuts parisiens de la Confrérie Saint-Julien des Ménétriers, 1321).

Cette socio-topographie se lit aussi à travers le « siège » de la confrérie qui doit obligatoirement se trouver au sein d’une église de la ville.


VilletteHautboisTlse.jpg

Pierre Vilette (stèle)

Stèle de Pierre Vilete, syndic de la corporation des ménétriers de Toulouse et hautbois des Capitouls de Toulouse, Cloître des Jacobins, Toulouse.

Maison des ménétriers de Reims

La Maison des ménétriers de Reims.

Passage des ménétriers Paris

Le seul vestige (rue Rambuteau) de l’ancienne rue des Ménétriers de Paris, qui se trouvait alors vers la rue Quincampoix. Cliché Luc Charles-Dominique.