Cours-conférences filmés d'ethnomusicologie

Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil / 4. Les musiques de la mort en Occident

4. LES MUSIQUES DE LA MORT EN OCCIDENT

Exposé vidéo

Présentation

Les rituels funéraires, l’évocation de la mort et l’ensemble des représentations qui y sont rattachées sont l’objet d’une très intense relation au sonore (vacarmes, tumultes) dont la codification est très élaborée. C’est précisément cette « grammaire symbolique » qui est mise ici à jour par le biais d’une analyse anthropologique appliquée au monde occidental médiéval et baroque, en faisant ressortir quatre éléments majeurs : le bruit, le vent comme élément organologique, l’aspect « boiteux » de certains rythmes évoquant la claudication rituelle et, enfin, parmi les nombreux registres musicaux, l’usage récurrent du grave et de la descente dans le grave.

Il s’agit dans un premier temps d’étudier les diverses conduites sonores autour des rituels de la mort et leur évolution du Moyen Âge jusqu’aux recherches ethnographiques récentes.

De l’agonie et l’annonce du décès, à la commémoration, en passant par la veillée funèbre, le cortège funéraire, les divers offices religieux et l’inhumation, les lamentations funéraires (cris rituels et vociférations), c’est toute la « chaîne » des rituels sociaux de la mort qui est ici passée en revue. Au-delà, cette anthropologie du sonore lié à la mort explore l’ensemble des représentations symboliques de la mort et des imaginaires qui y sont liés, de l’évocation des enfers, du diable et des sabbats, en passant par la danse macabre, la « Chasse sauvage », les morts, les revenants et êtres fantastiques et maléfiques.

Cette Leçon, largement consacrée à la France, fait une place non négligeable au comparatisme avec d’autres domaines européens (Péninsule Ibérique, Europe de l’Est) où ces pratiques sont parfois encore d’actualité.

Complément

Les lamentations funéraires

Selon plusieurs témoignages contemporains, certaines regions de Corse auraient conservé des traditions de lamentations funéraires ritualisées.
L’ethnomusicologue roumain Constantin Brailoiu a procédé à plusieurs enregistrements de lamentations funéraires en Roumanie dans les années 1930-1940.

à écouter :

[Extrait du CD « Roumanie. Musique de villages : Olténie. Runc et les villages du Gorj », Enregistrement de Constantin Brailoiu (1933-1943). Réalisation : Speranta Radulescu et Laurent Aubert. CD VDE CD-537, AIMP IX, Archives Internationales de Musique Populaire, Musée d’ethnographie, Genève. Plage n°12 : Cîntec ceremonial funebru : Bradul].

Lamentations 1

à écouter :

[extrait du CD « Voix du Monde. Une anthologie des expressions vocales », CNRS-Musée de l’Homme, Chant du Monde CMX 374 1010.12, disque n°1, Plage n°6 : Lamentations funèbres (bocete) à Bixad, au au pays de l’Oach, Roumanie. On notera ici la présence de trompes. Enregistrement de Bernard Lortat-Jacob, Jacques Bouët et Speranta Radulescu, 1991].

Lamentations 2

à écouter :

[extrait du CD « Roumanie. Musique de villages : Moldavie. Fundu Moldovei et la Bucovine », Enregistrement de Constantin Brailoiu (1933-1943). Réalisation : Speranta Radulescu et Laurent Aubert. CD VDE CD-537, AIMP IX, Archives Internationales de Musique Populaire, Musée d’ethnographie, Genève. Plage n°11 : Bocet. La flûte et l’aspect mélodique de la plainte funéraire en font une forme totalement musicalisée].

Lamentations 3

à écouter :

(extrait du CD « Tambores del Bajo Aragón », Colección Aragón-LCD, Archivo de Tradición Oral, Aragón-LCD Prames. Réalisation : Goffredo Plastino, 2001. Plage n°2 : « Romper la hora ». Le Vendredi Saint, à 0 heures, des centaines, voire des milliers de joueurs occasionnels de tambours et grosses caisses commencent un immense vacarme cérémoniel par cette pièce intitulée « Romper la hora », littéralement « rompre l’heure » et qui annonce le début du Vendredi Saint et de ses vacarmes).

Vacarme 1

à écouter :

(Les objets domestiques utilisés ici pour ce vacarme de carnaval sont les mêmes que ceux que l’on utilise pour les charivaris : des chaudrons, bidons, etc. Défilé de cortège du Carnaval dit Tape-Chaudron le soir du lundi-gras, enregistré le 6 février 1967 à Châtillon-sur-Seine (Côte-d’Or) par Claudie-Marcel Dubois et Marie-Marguerite Pichonnet-Andral. CD « France : une anthologie des musiques traditionnelles », Frémeaux & Associés, FA 5260, disque 4, “Centre France”).

Vacarme 2

En savoir plus

Orientation bibliographique générale sommaire sur les musiques de la mort télécharger le pdf

Article de CHARLES-DOMINIQUE Luc : « La mort et le sonore dans la France médiévale et baroque », Frontières, volume 20, n° 2, printemps 2008 (Université du Québec à Montréal), pp. 16-22] télécharger le pdf