Cours-conférences filmés d'ethnomusicologie

Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil / 5. La patrimonialisation des musiques dites "traditionnelles" en France, du XIXe siècle à nos jours (l'ethnomusicologie de la France) / 1852 : Hippolyte Fortoul, ministre de Napoléon III, ordonne le « Recueil des poésies populaires de la France »

1852 : Hippolyte Fortoul, ministre de Napoléon III, ordonne le « Recueil des poésies populaires de la France »

Rapport au Prince Président de la République française

 

Monseigneur,

 

Les chants populaires ont été, depuis le commencement du siècle, l’objet des recherches de l’érudition. Notre pays possède, plus qu’aucun autre, de précieux restes de ces poésies, aussi bien dans la langue nationale que dans les idiomes provinciaux qu’elle a remplacés. Malheureusement, ces richesses que le temps emporte chaque jour disparaîtront bientôt, si l’on ne s’empresse de recueillir tant de témoignages touchants de la gloire et des malheurs de notre patrie.

Fondateur d’un gouvernement qui aime à s’appuyer sur la fidélité des souvenirs poétiques du peuple, vous avez voulu, Monseigneur, conserver avec respect les chants qui rappellent les luttes héroïques de nos pères et les joies paisibles de leurs forces domestiques. Cette pensée que l’Empereur avait conçue, vous m’avez ordonné de la réaliser.

J’ai l’honneur, en conséquence, de vous proposer de faire publier, sous la direction de mon ministère, le Recueil des poésies populaires de la France. Dans ces chants, qui offrent non seulement la trace des événements de l’histoire nationale, mais encore les modèles de beautés trop longtemps méconnues, nous aimerons à retrouver une fraîcheur de génie qui n’appartient qu’à quelques époques heureuses ; au contact de l’expression naïve du vieil esprit français, notre littérature se surprendra peut-être à rougir des fausses délicatesses où s’égare parfois sa subtilité.

Je suis assuré, Monseigneur, de ne point faire un vain appel au zèle des fonctionnaires de mon département qui pourront concourir à l’accomplissement de votre désir, et le comité qui dirige les publications entreprises par mon ministère sera utilement chargé de choisir et de préparer les matériaux du vaste monument que vous voulez élever à notre gloire littéraire.

J’ai l’honneur d’être, avec le plus profond respect, Monseigneur, Votre très-humble et très-obéissant serviteur,

Signé FORTOUL.

220px Hippolyte Fortoul 01

 

 

 

 

Hippolyte Fortoul.

 

 

 

Louis-Napoléon, Président de la République française,

Sur le rapport du ministre de l’instruction publique et des cultes,

Décrète :

 

article premier.

Il sera publié, par les soins du ministre de l’instruction publique, un recueil général des poésies populaires de la France, soit qu’elles aient été déjà imprimées, soit qu’elles existent en manuscrits dans les bibliothèques, soit enfin qu’elles nous aient été transmises par les souvenirs successifs des générations.

 

art. 2.

Le recueil des Poésies populaires de la France comprendra :

Les chants religieux et guerriers ;

Les chants de fête, les ballades ;

Les récits historiques, les légendes, les contes, les satires.

 

art. 3.

Le comité de la langue, de l’histoire et des arts de la France, établi par le ministère de l’instruction publique, est chargé de revoir les textes et la traduction de tous les morceaux qui seront adressés au ministre de l’instruction publique, de désigner tous ceux qui devront être admis dans le Recueil des poésies populaires, de les mettre en ordre, en les accompagnant de tous les commentaires propres à en constater la valeur aux différents points de vue de l’histoire du pays, et de celle de la langue française et des idiomes locaux de la France.

 

art. 4.

Il sera prélevé, sur le chapitre XXXIV du budget du ministère de l’instruction publique et des cultes, la somme nécessaire pour les travaux préparatoires de cette publication.

 

art. 5.

Une médaille commémorative sera décernée, sur la proposition du comité de la langue, de l’histoire et des arts de la France, aux personnes qui auront le plus contribué, par leurs recherches et par leurs découvertes, à enrichir cette collection.

 

art. 6.

Le ministre de l’instruction publique et des cultes est chargé de l’exécution du présent décret.

Fait au palais de Saint-Cloud, le 13 septembre 1852.

 

Signé LOUIS-NAPOLÉON.

Le Ministre de l’instruction publique et des cultes,

Signé H. FORTOUL.